2008 Septembre Compte rendu

Vendredi 19 septembre 2008 à 20h30 au Château de Larra

Les Granges de l’Abbaye de Grandselve

1) Mirko UTIKAL

Projection vidéo (réalisée par Michel Hastenteufel) et conférence de Mirko :

Restauration d’une ancienne Grange de Grandselve à l’Avocat.

 

2) Jacques SIRVEN :

Etude d’un contrat de métayage à l’Avocat

“La métairie de l’avocat au terroir de Bramofam avait appartenu aux religieuses ursulines de grenade, mais en août 1638, début du règne de louis XIV, elles font “délaissement” de cette métairie et terres.
Un financier de Toulouse, Pierre JAUSION a bien voulu “s’en charger”, c’est à dire en devenir propriétaire !
En cette période ou Mazarin, abbé de Grandselve est coseigneur de Grenade, la misère est générale : les moulins ne fonctionnent plus, on est sur le point de manquer de bouchers, les ponts levis des portes de Save et de Verdun sont rompus, les arceaux de la porte de Toulouse sont tombés, les jardins sont abandonnés, les gens épuisés, ne peuvent même plus payer la taille, mais il faut loger les soldats et de plus les métayers sont contraints de faire les charrois !
C’est vraisemblablement devant cette situation que les religieuses, ne pouvant payer les impôts, abandonnent leur métairie en ruine et les terres en friches…”

Le Bail de la métairie de l’ADVOCAT :
(il peut être consulté aux A.D. du Tarn et Garonne à Montauban – côté 5E 8494 folio 137- registre de LABORIE notaire à Grenade daté du 8 septembre 1656)
La demoiselle Magdalène de Robin, femme de Pierre Jausion financier, autorisée par ce dernier donne à Jacques et Jean Andrieu père et fils laboureurs à travailler à demi fruits “une métairie au lieu appelé l’Advocat, juridiction de Grenade” pour une durée de 4 années commençant à la toussaint aux conditions suivantes :
Ils devront résider dans la métairie avec leur famille, fournir et entretenir trois paires de bœufs et faire les labours nécessaires, nettoyer les fossés et les bouts de champs.
Ils prendront pour leur chauffage du bois sans couper aucun arbre.
Ils seront tenus de faire tous les ans deux voyages de charrette à Toulouse.
Ils devront tous les ans à titre de rente pour le compte du propriétaire :8 paires de poulets à la Saint Jean Baptiste.8 paires de chapons à la Toussaint.8 paires de gélines et 200 œufs à Noël.
ils seront tenus de planter 50 pieds d’arbres.
Il leur sera confié une paire de bœufs et trente brebis.
Ils recevront deux petits cochons, et quand ils seront bien gras, la demoiselle en choisira un et ils pourront garder l’autre.
Ils disposeront d’un demi arpent de terre (3000 m2) et des pâturages – d’un arpent de vigne au bramaîre à demi fruits.
Ils fourniront la moitié de la semence apporteront les gerbes de blé sur l’aire dépiquront et le grain sera partagé à la mesure.
A la fin du contrat, ils devront laisser la moitié du foin récolté. Ils apporteront tout le fient aux terres.
Enfin la demoiselle se réserve une pièce de la métairie (dépôt de grain ?)

Mais, semble-t-il, tout ne se passe pas comme prévu : dix mois plus tard, les Andrieu n’auraient pas accompli les travaux convenus, ils auraient négligé la culture et se prépareraient à quitter la métairie.
Jausion proteste devant le notaire en les menaçant de poursuites.
Pourquoi ce rappel à l’ordre ? les métayers ont-ils trouvé le terroir trop aride ? il est d’ailleurs appelé “Bramofam”.
La propriété de Jausion devait être d’un bien maigre rapport puisque sur les 187 arpents que lui attribue le cadastre, 126 sont déclarés en branière ou incultes !
Six ans plus tard, en 1661, la métairie de l’Advocat inhabitée et menaçant chûte ainsi que 47 arpents en dépendant sont saisis pour dettes et finalement rachetés par le sieur Lasserre conseiller en l’élection de Rivière Verdun habitant Grenade.
Il fera réparer la métairie, construire un tinal pour la vendange, défricher et ensemencer les terres…
Depuis trois siècles et demi, l’Avocat est toujours là !”

3) Michel HASTENTEUFEL – Laetitia MIRO :

Visite de la fournière et du chai de Grandselve à Saint Séverin…